AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

  “ We need to talk, we need to fight. ” (devon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Benjamin L. Cohen
BAD COP


› MESSAGES : 608
› EMMENAGEMENT LE : 08/06/2013
› AGE : 33
› STATUT CIVIL : DIVORCÉ, DE RETOUR DANS LE LIT DE SES DAMES APRES AVOIR BRISER LE COEUR D'ALLY (ET LE SIEN).
› QUARTIER : UN APPARTEMENT DE LUXE SUR PRESIDENTE DRIVE. OUI, AU 69.
› PROFESSION/ETUDE : PDG DU GROUPE HÔTELIER INTERNATIONAL "COHEN DELUXE", ANCIEN FLIC DANS LA BRIGADE DES MŒURS ;
› HB AWARDS : (2015) MEILLEUR TRIANGLE AMOUREUX AVEC ALLY ET NAYA ; SEX SYMBOL JUNIOR ; MEILLEUR SECRET DEVOILE ;
› DOUBLE COMPTE : CF : ELOW ;
› CELEBRITE : RYAN GOSLING ;
› COPYRIGHT : ELOW ;

MessageSujet: “ We need to talk, we need to fight. ” (devon)    Ven 22 Juil - 14:21



We need to talk, we need to fight.
devon carrington — benjamin cohen



— 1 JANVIER 2016 ; BEFORE

« - C’est Cohen ! » « - Connard ! » Il se souvient, parfaitement, de son entrée dans la prison. Des deux flics qui le surveillait alors qu’il avançait, les mains liées. Il se souvient d’avoir gardé la tête haute, tel le prince qu’il était toujours et d’avoir observé les regards des autres enfermés dans les cellules du couloir. « - Tu t’es perdu, Benny ?! » Il s’en fichait. Il souriait, continuant d’avancer sans craindre quoi que ce soit. Il n’avait pas peur, Ben. Il savait qu’il ne risquait rien. Il savait quoi faire pour être tranquille. Continuant d’avancer, il s’arrêta lorsqu’on lui indiqua sa cellule. Il aurait dû se retrouver ailleurs, mais pour le moment, il allait se contenter d’une cellule de prison, solitaire et petite, triste. Alors qu’il entra, il entendit qu’un des policiers fermait sa cellule. Il observa rapidement ce qu’il avait sous les yeux, avant de se retourner. C’était temporaire, il le savait, mais ça n’enlevait rien au fait que ça n’allait pas être plaisant. Qu’il devait déjà réfléchir à un plan de retour, à un plan pour reprendre le pouvoir qu’il avait eu auparavant. Il pouvait dire adieu à son job de flic. Trop de doutes, trop d’incertitudes. Il n’y allait pas avoir de preuves, il finirait donc pas rentrer, mais qu’allait-il faire après ? Il faut dire que sa position de flic lui avait donné un certain avantage. Il en avait toujours profité. Il savait saisir les opportunités qui s’offrait à lui. Toujours. Prenant les barreaux dans les mains, Benjamin fronça les sourcils alors qu’il regardait la silhouette plus loin, dans la cellule d’en face. Il ne craignait rien de ceux qui étaient là par sa faute, vraiment. Pour la plupart, ils l’avaient mérité. Ils étaient juste assez stupides pour s’être fait prendre. Benjamin n’était pas forcément le genre de flic à s’être tourné les pouces pendant sa carrière. Il avait su rapidement gagner les échelons, il avait su rapidement prendre une place de choix tout simplement parce qu’il faisait son travail lorsque c’était nécessaire. Voilà pourquoi son arrestation faisait tant débat. Entre ceux qui savaient qu’il était capable du pire et ceux qui n’avaient vu que le héros courageux.

La seule chose qui lui dérangeait aujourd’hui, c’était la façon dont les flics étaient venus le chercher, alors qu’il était avec Ally. Il essaya de pas y penser, mais c’était plus fort que lui. La force utilisé avait rendu le moment dramatique. C’était comme si on lui avait arraché Ally. Il devait tout faire pour la rassurer, il le savait. Alors qu’il releva les yeux, son regard s’attarda de nouveau sur la silhouette d’en face. « - Devon… »

— 22 JUILLET 2016 ; NOW

Deux mois que Benjamin était sortie. Deux mois qu’il avait quitté la prison sans la moindre égratignure. Qu’il avait su se débrouiller pour marchander des journées paisibles dans l’enfer. L’argent, ça faisait toujours une différence. Il savait comment se procurer ce dont il avait besoin, il savait comment les revendre. Rapidement devenue un fournisseur dans le domaine, on l’avait laissé tranquille. Il y en a bien quelques-uns qui ont essayés, qui ont tenté de lui faire du mal sans être vus, mais qui avait fini par comprendre que les policiers de la prison étaient de son côtés, à lui. Tout comme en quelques semaines, il a changé de cellules, rejoignant ceux qui, comme lui, avait la statue nécessaire pour avoir mieux. Et même si cela était long, même si Benjamin a attendu, aujourd’hui il avait exactement ce qu’il voulait : le pouvoir. Le travail de son père au creux de la main, l’héritier avait pris le rôle de roi. Comme si la prison n’avait jamais fait partie de sa vie, comme si ça n’avait jamais eu lieu. Il était facile pour les autres d’oublier, surtout quand des millions étaient en jeux. Et le père de Benjamin avait mis en place des projets futurs hallucinant. Des constructions au budget monstre, offrant de l’emploi et préparant des bénéfices à un taux qu’aucun sponsor ne pouvait refuser. Alors depuis deux mois, Benjamin se transformait. La mort de son père avait eu un impact sur son existence et désormais Benjamin volait plus haut qu’il ne l’aurait jamais cru. Il faisait ce qu’il avait toujours refusé de faire : il devait son père. Il devenait ce monstre qui sommeillait en lui et qui ne voulait rien, si ce n’était la fortune et la peur des autres. C’était Samuel qui était heureux, Samuel qui désirait que son meilleur ami revienne dans la haute-sphère, Samuel qui avait toujours su que Benjamin avait ça dans le sang. Qu’il était destiné à cette vie.

Alors qu’on le laissa entre dans la pièce des visites, Benjamin s’installa à une table vide. Son costume brillait l’opulence, comme toujours. Ses manières aussi. Il ne pouvait rien faire si ce n’était rester assis, attendant que Devon veuille bien se montrer. Il faut dire que Benjamin ne l’avait vu que les premières semaines, puis ensuite trop rarement. Mais aujourd’hui, pour Harps, pour ce qu’il avait vu, il devait faire quelque chose.

_________________


    — I love you the way a drowning man loves air. And it would destroy me to have you just a little. •
Revenir en haut Aller en bas

Devon Carrington
petit lama en quête du bon chemin


› MESSAGES : 85
› EMMENAGEMENT LE : 04/12/2015
› AGE : 31
› STATUT CIVIL : Célibataire
› QUARTIER : En détention à perpétuité à la prison de Los Angeles
› DOUBLE COMPTE : Adam - Snow - Emma - Kyle - Teddy - Sophia - Alice - Judy - Teagan - Kira - Andrew
› CELEBRITE : Nathaniel Buzolic
› COPYRIGHT : Bazzart


MessageSujet: Re: “ We need to talk, we need to fight. ” (devon)    Mer 10 Aoû - 17:42

La dernière personne que Devon pensait croiser ici c’était bien Benjamin son ex meilleur ami. Celui même qui l’avait arrêté il y a un peu plus de 4 ans. Il était tombé nez à nez avec lui quelques mois plus tôt. Après tout un flic dans une prison ça n’avait rien d’étonnant mais cette fois ci ça l’était parce que Ben n’était rien d’autre qu’un prisonnier. Devon s’était donc montré encore plus discret, il avait scrupuleusement évité son ancien ami. Pas question de lui parler, Devon n’en avait aucune envie. Mais Ben avait pu assister plusieurs fois au passage tabac que subissait Devon régulièrement. C’était une raison de plus pour Devon de ne pas croiser Ben, il n’avait aucune envie de s’expliquer, aucune envie que Ben ne montre une quelconque pitié. Il voulait juste qu’on lui foute la paix mais dans cette prison ça semblait tellement compliqué. Il était là depuis 4 ans et subissait toujours la même chose depuis le premier jour. Parfois c’était quelques coups parfois c’était bien pire mais Devon subissait toujours en silence. Il avait foulé le sol de l’infirmerie un nombre incalculable de fois, mais il refusait à chaque fois de donner les noms de ses bourreaux. Il les connaissait mais il savait aussi que ce serait pire s’il se plaignait. Eviter Ben ne s’était pas révélé très compliqué, celui-ci s’était très vite fait à la vie carcérale exactement le contraire de Devon. Finalement Ben était sorti, il était probablement retourné à sa vie d’avant. La prison n’avait pas eu l’air de l’ébranler plus que ça, il semblait être dans son élément. Et Devon n’avait plus entendu parler de Ben et c’était aussi bien comme ça. Rien n’avait changé il ne voulait plus le voir.

Mais c’était sans compter sur Ben, ce jour-là c’était Samuel qu’il s’attendait à voir. Il avait de la visite et ça ne pouvait pas être Harper puisque celle-ci était venue la vieille. Et la seule personne hormis Harper qui venait le voir ici c’était Samuel alors la déduction avait été simple. Sam n’était pas venu depuis un petit moment mais son meilleur ami était quelqu’un d’occupé et il ne lui en voudrait jamais de ne pas venir voir son copain tolard. Il était là pour Harper et c’est tout ce que Devon lui demandait qu’il tienne sa promesse d’être là pour sa sœur. Devon fut fouillé avant d’entrer dans la salle, puis on le laissa entré, on lui avait enlevé les menottes qui entravaient ses poignets. Il chercha Sam des yeux mais son regard se posa sur Ben. Il sut tous de suite qu’il était là pour lui, Sam n’était pas là et il ne connaissait aucune autre personne dans cette pièce. Devon fronça légèrement les sourcils et se dirigea vers la table où était assis Ben. Il se posa en face de lui et lui demanda : « Qu’est-ce que tu fou là Ben ? » Pourquoi était-il là ? Ca faisait 2 mois qu’il était sorti et Devon pensait qu’il était tranquille mais il s’était trompé. Ben se pointait et Devon ne pouvait pas s’empêcher de se demander pourquoi ?! « Qu’est-ce que tu veux ? » Ben voulait forcément quelques choses il n’était pas venu là pour rien. Devon n’avait pas plus envie de lui parler aujourd’hui qu’un autre jour. Il avait bien l’intention d’écourter la conversation le plus rapidement possible. « T’as rien à faire ici… Barre-toi Ben. » Ca avait le mérite d’être clair. Ben avait vu trop de chose ici pour que Devon veuille bien discuter avec lui. La seule chose qu’il espérait c’était que Ben soit assez intelligent pour ne rien dire à Harper. Elle se rendait déjà malade de le savoir en prison alors si elle savait en prime qu’il y était martyriser elle ne s’en remettrait pas. Il ne souhaitait qu’une chose que sa sœur soit heureuse. Mais Ben était intelligent et s’il avait encore un semblant de respect pour l’amitié qu’ils avaient eu autrefois il tiendrait sa langue. Devon n'avait jamais essayé de se battre, ça ne servait à rien. Il allait vivre le restant de ses jours ici et dans le fond il espérait que quelqu'un un jour écourte son séjour...

_________________
J'en ai marre de souffrir, marre de fuir, marre de me dire que j'ai toujours le mal de vivre. J'ai essayé de me relever mais les barreaux m'ont mis K.O. Mal dans ma peau je serais mieux tout la haut ! Fatigué, épuisé de vivre à bout de force, si la juge est un couteau la justice est un coupe gorge. Je veux que tu comprennes que sur terre la vie m'écrase… › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

Benjamin L. Cohen
BAD COP


› MESSAGES : 608
› EMMENAGEMENT LE : 08/06/2013
› AGE : 33
› STATUT CIVIL : DIVORCÉ, DE RETOUR DANS LE LIT DE SES DAMES APRES AVOIR BRISER LE COEUR D'ALLY (ET LE SIEN).
› QUARTIER : UN APPARTEMENT DE LUXE SUR PRESIDENTE DRIVE. OUI, AU 69.
› PROFESSION/ETUDE : PDG DU GROUPE HÔTELIER INTERNATIONAL "COHEN DELUXE", ANCIEN FLIC DANS LA BRIGADE DES MŒURS ;
› HB AWARDS : (2015) MEILLEUR TRIANGLE AMOUREUX AVEC ALLY ET NAYA ; SEX SYMBOL JUNIOR ; MEILLEUR SECRET DEVOILE ;
› DOUBLE COMPTE : CF : ELOW ;
› CELEBRITE : RYAN GOSLING ;
› COPYRIGHT : ELOW ;

MessageSujet: Re: “ We need to talk, we need to fight. ” (devon)    Dim 28 Aoû - 15:38



We need to talk, we need to fight.
devon carrington — benjamin cohen



— 15 MARS 2016 ; BEFORE

Assis dans un coin sur l’air extérieur de la prison, Benjamin mangeait. Oui, un yaourt. Il faisait partie de ses prisonniers qui avaient des privilèges et qui en offraient à ceux qui savaient quoi lui donner en échange. De plus, Benjamin avait toujours quelques bons amis dans la police, ce qui l’aidait considérablement. Il n’avait pas peur d’user de ses contacts, d’user de ce qu’il savait pour améliorer son confort de vie et sérieusement, Benjamin était tranquille. Il semblait parfaitement à l’aise malgré la couleur de son uniforme de prisonnier, malgré la barbe naissante, malgré l’absence d’Ally qui le rongeait. Il essayait cependant de se focaliser sur son passage invisible dans la prison, le temps que le nécessaire soit fait pour sa sortie. Mais il y avait autre chose qui semblait perturbé Benjamin. Devon. Devon qu’il n’avait vu que quelques fois, malgré le fait qu’il soit en prison. Rapidement, son ancien ami à tout fait pour l’éviter, pour ne pas le voir et Benjamin à très vite respecté ça. Il se contentait de le regarder de loin, sans un mot. Comme s’il était un inconnu et pour être honnête, il n’aimait pas ça. Oui, il était responsable de son emprisonnement, mais Benjamin n’avait fait que son travail. Et aujourd’hui il voyait bien à quel point c’était difficile.

Posant son yaourt fini, Benjamin attrapa un mouchoir dans sa poche pour s’essuyer les doigts. Naturellement, il n’avait pas eu le droit à une cuillère – trop dangereux. Entouré d’autres prisonnier, il écoutait vaguement une conversation tout en remarquant plus loin un groupe se formait. Il y avait une bagarre. Ou plutôt une exécution. Il était plutôt rare que Benjamin se mêle à ce genre de chose, mais cette fois, cette fois il fonça. Il avait vu, quelques minutes plus tôt, Devon à cette endroit précis. Et il sentait que c’était lui qui se faisait battre. Naturellement, les prisonniers qui « protégeait » Benjamin, foncèrent à leur tour. Tout de suite, une bagarre générale se mit en place et les policiers commencèrent à siffler. Benjamin frappe quelqu’un pour se frayer une place vers Devon, qu’il aida à se relever. Mais quand Devon croisa son regard, il n’entendit qu’une chose : « - Fou-moi la paix ! »

— 22 JUILLET 2016 ; NOW

Benjamin ne pouvait pas fermer les yeux sur ce qu’il pouvait faire aujourd’hui pour Devon. Harper avait souffert de son emprisonnement et quand Ben s’était aussi retrouvez en prison, elle s’était sentie au plus mal. Benjamin n’avait jamais cessé de garder un œil sur elle. D’être là pour elle. Et il lui avait promis que Devon finirait par sortir. Aujourd’hui, Benjamin savait exactement comment faire pour libérer son amis d’un monde trop horrible. D’un monde pas assez bien pour lui.

Mais il savait, Devon n’allait pas être heureux de le voir. Il ne le serait jamais. Il n’allait sans doute jamais lui pardonner, mais pour Harper, il était prêt à subir la colère de son ami qui n’avait fait que l’éviter lors de son passage en prison. « - Moi aussi, je suis content de te voir. » Inutile de dire que Benjamin était toujours le même. Toujours à garder l’optimisme de son adolescence malgré tout ce qui s’était produit. Mais Devon n’en avait surement rien à foutre de tout ça. Il avait d’autres problèmes, plus important. « - Tu ne voulais pas me parler quand j’étais là avec toi. » Il pointa du doigt les barreaux plus loin, le chemin qu’avait empreinté Devon plus tôt. « - Maintenant, j’ai une chose à te proposer. Si tu veux bien rester là trois secondes, ça serait franchement cool. » Dans tous les cas, Benjamin avait un plan B. Samuel était toujours son meilleur ami, Samuel pourrait complétement adhérer à son idée et le mettre en place. « - Pour Harper, écoute ce que j’ai à dire. C'est important. » Il se pencha légèrement, très sérieux. « - S'il te plait, Dev'. »

_________________


    — I love you the way a drowning man loves air. And it would destroy me to have you just a little. •
Revenir en haut Aller en bas

Devon Carrington
petit lama en quête du bon chemin


› MESSAGES : 85
› EMMENAGEMENT LE : 04/12/2015
› AGE : 31
› STATUT CIVIL : Célibataire
› QUARTIER : En détention à perpétuité à la prison de Los Angeles
› DOUBLE COMPTE : Adam - Snow - Emma - Kyle - Teddy - Sophia - Alice - Judy - Teagan - Kira - Andrew
› CELEBRITE : Nathaniel Buzolic
› COPYRIGHT : Bazzart


MessageSujet: Re: “ We need to talk, we need to fight. ” (devon)    Mar 27 Sep - 11:50

Devon se demandait bien ce que Ben lui voulait en venant lui rendre visite. Le message avait été clair, il s’était évertué à l’éviter quand Ben était enfermé avec lui alors ça voulait bien dire qu’il n’avait aucune envie de lui parler. Et Dev’ n’avait pas plus envie de lui parler maintenant que Ben était sortie de prison. Il était là parce que Ben l’avait arrêté et quand on savait pourquoi Ben avait été condamné ça laissait un goût amer à Devon. Son meilleur ami de l’époque n’avait pas hésitez une seule seconde à l’arrêter pour finalement devenir un fric ripoux. Autant dire que la haine que Devon portait à Ben ne s’était pas arranger. Ben aurait dû saisir le message, Devon avait été clair. Même ce jour-là quand Ben avait pris sa défense dans la cours de la prison. Dev’ n’avait pas jugé bon de le remercier mieux que ça il lui avait demandé de lui foutre la paix. Et aujourd’hui il se retrouvait assis en face de son ancien ami. « - Moi aussi, je suis content de te voir. » Devon fronça les sourcils, si Ben se croyait drôle ! Devon n’avait pas du tout envie de plaisanter avec Ben. Devon ne dit rien, il ne valait mieux pas de toute façon. « - Tu ne voulais pas me parler quand j’étais là avec toi. » Devon posa les yeux sur Ben et répondit du tac au tac : « Et c’est toujours le cas ! » Il n’avait pas plus envie de lui parler aujourd’hui qu’il y a quelques semaines en arrière quand ils étaient tous les 2 là. Dev’ serra les poings sous la table, il ne devait pas faire d’esclandre sinon les gardiens lui tomberaient dessus. Ben repris alors la parole : « - Maintenant, j’ai une chose à te proposer. Si tu veux bien rester là trois secondes, ça serait franchement cool. - Pour Harper, écoute ce que j’ai à dire. C'est important. » Devon n’arrivait pas à croire qu’il se serve d’Harper pour le forcer à l’écouter. Tout le monde qui connaissait Devon savait que sa sœur était son point faible, il n’y a rien qu’il ne ferait pas pour sa petite sœur. Ben s’était pencher vers lui et avait finalement ajouté : « - S'il te plait, Dev'. » Devon fronça les sourcils, il ne voulait pas écouter Ben, il en avait suffisamment fait ! Et même venant de lui c’était petit cette façon qu’il avait de mentionner Harper. Devon répondit : « Laisse Harper où elle est ! » Les poings de Devon s’était serré il ajouta : « Ne viens pas me faire croire que tu fais ça pour elle ! » Devon n’avait pas plus envie de l’écouter maintenant que dans 2 jours ou 10 ans. Il n’avait rien envie de devoir à Ben. Ils n’étaient plus amis depuis le jour où Ben avait choisi de lui passer les menottes aux poignets. Devon repris la parole amer : « J’en ai rien à foutre de ta proposition ! Va te faire foutre Ben ! » Il ne pouvait pas être plus clair que ça, il n’avait plus envie d’entendre qu’on allait le sortir de là. Etait-il donc le seul à être lucide et à comprendre ce que voulait dire perpétuité ? La seule chose qu’il demandait à Ben c’était de la fermer sur ce qu’il avait vu ici. Harper n’avait pas besoin de savoir ce qui se passait pour lui ici. Il ne lui en avait jamais rien dit et il n’était pas question qu’elle l’apprenne ! Devon posa son regard noir sur son ex meilleur ami puis lui dit : « Si tu veux faire une chose pour Harper ferme là sur ce qui se passe ici et c’est tout ! » Il marqua une pause puis poursuivit : « Je n’ai pas besoin de ta pitié ! En 4 ans t’es pas venu une seule fois, ni même essayé de prendre contact. Tu passes quelques semaines ici et soudain on est de nouveau ami ? Va te faire foutre c’est clair ! Je n’ai pas besoin de toi ! » Devon perdait patience, c’était trop facile. Sous prétexte que Ben avait vu ce qui se passait pour lui ici, il avait soudainement une proposition à lui faire ? Il pouvait garder sa pitié c’était la dernière chose dont Devon avait besoin. Il pointa finalement un doigt vers Ben et ajouta : « Et je t’interdis d’aller mettre des idées dans la tête d’Harper c’est clair ! C’est déjà bien assez dur comme ça pour elle ! » Devon faisait en sorte de la préparer au fait qu’il n’y avait pas de solution et qu’il ne sortirait jamais de prison. Parce que c’était ce que voulait dire perpétuité. Il voulait qu’elle vive pour elle, qu’elle profite de la vie et s’autorise à être heureuse même s’il était enfermé ici. Alors elle n’avait pas besoin que Ben vienne lui proposé une quelconque idée qui ne fonctionnerait pas et qui un peu plus la ferait sombrer.

_________________
J'en ai marre de souffrir, marre de fuir, marre de me dire que j'ai toujours le mal de vivre. J'ai essayé de me relever mais les barreaux m'ont mis K.O. Mal dans ma peau je serais mieux tout la haut ! Fatigué, épuisé de vivre à bout de force, si la juge est un couteau la justice est un coupe gorge. Je veux que tu comprennes que sur terre la vie m'écrase… › © alaska.  

Revenir en haut Aller en bas

Benjamin L. Cohen
BAD COP


› MESSAGES : 608
› EMMENAGEMENT LE : 08/06/2013
› AGE : 33
› STATUT CIVIL : DIVORCÉ, DE RETOUR DANS LE LIT DE SES DAMES APRES AVOIR BRISER LE COEUR D'ALLY (ET LE SIEN).
› QUARTIER : UN APPARTEMENT DE LUXE SUR PRESIDENTE DRIVE. OUI, AU 69.
› PROFESSION/ETUDE : PDG DU GROUPE HÔTELIER INTERNATIONAL "COHEN DELUXE", ANCIEN FLIC DANS LA BRIGADE DES MŒURS ;
› HB AWARDS : (2015) MEILLEUR TRIANGLE AMOUREUX AVEC ALLY ET NAYA ; SEX SYMBOL JUNIOR ; MEILLEUR SECRET DEVOILE ;
› DOUBLE COMPTE : CF : ELOW ;
› CELEBRITE : RYAN GOSLING ;
› COPYRIGHT : ELOW ;

MessageSujet: Re: “ We need to talk, we need to fight. ” (devon)    Sam 5 Nov - 15:18



We need to talk, we need to fight.
devon carrington — benjamin cohen



Il n’y avait pas de mot pour exprimer ce que Ben ressentait à l’égard de Devon. Il était son ami, malgré le temps et la distance. Il était un point important de son histoire. Une relation que Benjamin n’avait pas oubliée sous prétexte que des barreaux les séparaient. Benjamin était un enfant roi, ce n’était nouveau pour personne. Ses cousins restaient un peu ses uniques frères, mais Devon et Samuel, c’était plus fort encore. C’était comme s’ils avaient permis à Benjamin de trouver une place, une communauté dans laquelle il serait toujours accepter tel qu’il était lui-même. Aujourd’hui, malgré la prison, Benjamin reprenait plus de pouvoir qu’il n’en aurait jamais cru. L’affaire, étouffé par son père, lui avait redonné les clefs de la royauté Cohen sans qu’il ne bouge le petit doigt. Et la joie de Samuel s’était ressenti à des kilomètres quand l’ancien flic avait revêtu la statue de son père. Ils allaient pouvoir gouverné Huntington-Beach dans leur délire personnel, sans se soucier du Maire, sans se soucier des lois. Mais Benjamin avait cette pression, horrible, intense, de l’enfant qui doit devenir adulte. De l’homme qui doit devenir guerrier et représenter avec fierté et justesse son nom. En reprenant les reines de la société de son père, il était devenu son père. Chose pour laquelle il s’était battu toute ses années. Andrew Cohen avait une réputation d’homme dur en affaire. Terrible même. Un vrai monstre, un requin. Et Benjamin allait se retrouver dans son ombre, même après sa mort. Le positif restait le pouvoir qu’il avait entre les mains, mais il y avait cette peur. Cette crainte de faire les choses de travers, de tout perdre.

Alors l’ancien policier était en pleine transition. Il était en train de devenir quelqu’un d’autres, quelques choses d’autres. Ou alors il laissait le monstre en lui ressortir, et profiter. Savourer même ce nouveau sommet. Mais le passage en prison n’avait pas seulement eu des airs de vacance pour Ben. Il avait croisé Devon. Il avait croisé le passé. Incapable de rester les bras croisés, il avait tenté de se rapprocher de son ami, en vain. Devon le haïssait. Le détestait même. Il en avait tous les droits. Benny le petit bleu l’avait arrêté, sans hésitation. Il l’avait conduit en prison, sans y repenser à une seconde fois. Combien d’année s’était écoulé depuis ? Combien de temps avait alimenter cette colère envers Ben ?

Ben soupira. Devon ne voulait toujours pas lui parler, il ne voulait toujours pas lui donner l’occasion de se repentir pour le passé. De l’aider. Et Benjamin était têtu dans son genre. Il n’allait pas baisser les bras. Il allait vraiment tout faire pour le sortir, quoi qu’il dise. Quoi qu’il pense. Sans attendre, Ben décida de reprendre la parole, quitte à utiliser Harper dont il était resté très proche. « - Dev, fait pas le con, bordel ! Ecoutes-moi ! » Il savait que ça ne serait pas facile, il savait que ça ne serait jamais facile et que même le temps ne risquait pas d’arranger ça. Mais Benjamin avait une solution. Un moyen d’aider Devon, de le faire sortir de cette prison. De lui redonner une vie.

Mais rien à faire, Devon ne veut rien entendre. Benjamin croise alors les bras, reculant égarement pour avoir une vision d’ensemble. « - Je ne lui dirais rien. » Mais ce n’était pas assez. Pas assez du tout. « - Bon t’as fini ? » C’est tout ce que Benjamin trouva à dire. Après tout ce qu’il venait d’entendre, il ne voulait pas en rajouter. Il ne voulait pas mettre Devon dans plus de problème et le léger coup d’œil qu’il lança un l’un des flics plus loin, lui confirmait que le ton de la conversation ne semblait pas plaire. « - Elle a besoin de toi. » Finit-il pas dire dans le calme le plus total. « - C’est vrai, je suis passé de te voir, parce que je savais que j’étais la dernière personne que tu aurais voulu voir. Et non, je n’ai pas pitié de toi Dev’. T’es un grand garçon. Si je suis là, c’est pour Harper. C’est parce que Samuel et moi avons gardé un œil sur elle toutes ses années, c’est parce qu’on a protéger ta sœur du mieux qu’on pouvait. Mais elle a besoin de toi. » Il marqua une pause, essayant de laisser à Devon le temps de digérer tout ce qu’il venait de dire. « - Et je sais comment te faire sortir d’ici. » Avant que Devon ne reprenne la parole, il rajouta : « - Ce n’est pas une blague. Ce n’est pas une tentative pour reconquérir ton amitié. J’suis pas con, j’ai juste les bons contacts et des avocats qui ont un plan pour toi. » Benjamin soupira. « - Accepte, Devon. Fait-le de toi-même et surprend Harper. Prouve-lui que t’es pas mort en prison et que toi aussi, tu te bas pour sortir de cette enfer. Que tu te bas pour elle. »


_________________


    — I love you the way a drowning man loves air. And it would destroy me to have you just a little. •
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: “ We need to talk, we need to fight. ” (devon)    Aujourd'hui à 9:43

Revenir en haut Aller en bas
 

“ We need to talk, we need to fight. ” (devon)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hugh Laurie – Let Them Talk
» [SOFT] WALKIE TALKIE – PUSH TO TALK Version 1.4.5[Gratuit/Payant]
» VOIP Neuf Talk
» USA : Les SNSD chantent « The Boys » dans deux talk shows
» Let’s talk about Rock War

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNTINGTON BEACH ™ ::  :: •• RUES PRINCIPALES :: •• AUTRES-