AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le temps des adieux est arrivé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Sawyer E. Clarks
lama en évolution


› MESSAGES : 365
› EMMENAGEMENT LE : 11/05/2013
› AGE : 28
› STATUT CIVIL : Fille biologique de Heath Wilde, décédé il y a un an & d'une junkie qui n'a jamais voulu de moi. Fille biologique des Clarks, ma mère est décédée quand j'étais adolescente tandis que mon père vient de quitter ce monde. Il me reste Aleksey St James qui endosse le rôle de père à la perfection. Côté coeur après deux années près d'un homme violent, j'entame une relation avec un homme plus vieux de vingt deux ans : Alexander Ballmer.
› QUARTIER : En recherche d'une collocation pour me stabiliser quelque part.
› PROFESSION/ETUDE : Ancienne interne à l'hopital, je viens d'abandonner mes études.
› DOUBLE COMPTE : Marissa I. Jefferson - Mischa S. Miller - Noah S. Harper - Harper M. Carrington - Samuel N. Hamilton - Charlie Keynes - Arizona R. Donroe- Elisabeth Howard & Erin R. Preston.
› CELEBRITE : Shelley Hennig.
› COPYRIGHT : © tearsflight


MessageSujet: Le temps des adieux est arrivé.   Lun 24 Oct - 20:57


Nous nous rappelons tous d’un jour marquant dans notre vie, un jour heureux, un jour triste, un jour où nous avons eu pour la première peur, des angoisses, des interrogations. Notre vie est rythmée par ces jours qui prennent de l’importante et qui forment nos souvenirs. Les souvenirs sont ce que nous avons de plus précieux, ils nous rattachent à quelque chose, à quelqu’un et nous permettent de nous lever chaque jour, de continuer ce combat seul et de ne pas baisser les bras dans ce monde qui ne nous fait jamais de cadeau. Personne dans ce monde si vaste a une vie parfaite, il y aura toujours une ombre, tout comme pour ceux qui ont une vie chaotique il y a toujours quelque chose qui redonne de l’espoir. Si tel n’était pas le cas nous ne serions pas debout chaque jour. Des gens naissent d’autres quittaient ce monde, la vie était faite ainsi. Une fatalité qu’il fallait accepter sans quoi les années à venir seraient trop sombres, trop lourdes à supporter. Aujourd’hui des personnes avaient quitté ce monde, d’autres suivraient demain et les autres jours mais aujourd’hui c’était son père qui quittait ce monde, son monde et aujourd’hui elle se moquait bien de savoir qu’il n’était pas le seul, que c’était ainsi et pas autrement. Aujourd’hui c’était sa douleur, ses angoisses et sa colère qui prendraient le dessus. Aucuns mots ne pourraient soulager sa tristesse, aucuns gestes ne pourraient calmer sa douleur. Le monde n’existait plus, il n’y avait plus rien, plus un bruit, plus une couleur, plus une odeur. Sawyer était dans sa bulle, construite en quelques minutes, pour se protéger, refuser cette évidence… James Clarks était décédé à zéro heure vingt et une.

Des cris retentissaient dans le couloir, une interne se trouvait devant une chambre porte ouverte, ses yeux étaient humides, sa main droite posé sur son cœur elle observait cette scène de folie face à elle, tétanisée et attristée de voir son amie dans cet état. D’autres arrivèrent à leur tour, observant tels des vautours le spectacle qui s’offrait à eux. Si certains étaient malheureux pour leur amie d’autres ne l’étaient pas tant que cela, qui avait dit que le mot amitié existait en médecine ? Des hurlements d’une telle puissance ne cessaient de retentir dans le couloir, un médecin claque la porte coupant la vue qu’avaient les vautours. Il monta le drap qui se trouvait sur le corps sans vie jusqu’en haut de la tête du patient, il posa son regard bien veillant sur la jeune femme au sol maintenu par l’un de ses confrères qui essayaient de la calmer depuis plusieurs minutes. Il était arrivé rapidement lorsqu’on l’avait averti, il venait de quitter son bloc lorsqu’une interne lui apprit la terrible nouvelle. Il avait débarqué dans la chambre du patient observant son interne, allongé au côté du corps sans vie de son père, en pleure, inconsolable. Il lui avait laissé du temps mais à présent l’équipe était du même avis, il fallait qu’elle quitte cette chambre, qu’elle se repose et que son père rejoigne un autre étage. Mais elle était entrée dans une colère, dans une rage, refusant que son père descende à la morgue. La jeune femme avait fini par tomber au sol, fatiguée, usée par ses pleurs et ses cris. Le chirurgien quitta la chambre, demanda le dossier de monsieur Clarks pour voir les personnes renseignés en cas de décès. Sawyer ne pouvait pas affronter cette épreuve seule.

« Tu sais, je crois que je vais arrêter la médecine… il n’y a rien de plaisant dans ce métier. » Elle caressa le front de son père, qui l’observait d’un regard bienveillant, n’ayant plus la force de prononcer quoi que ce soit. « Je sais tu penses à l’argent que ça a couté… si j’avais su, je n’aurais jamais quitté la ville, je ne serais jamais allé à Yale et on n’aurait pas perdu tout ce temps. » En quittant son père pour l’université, elle avait quitté un homme en pleine forme et été revenue deux ans après alors qu’il entrait à l’hôpital pour un cancer généralisé. « Je t’aime… tu es mon père, tu seras toujours mon père… je t’aime si fort. » Prononça-t-elle, les yeux humides, le visage contre celui de son père qui s’endormait…. Pour ne plus jamais se réveiller.

Recroquevillée sur elle-même, elle observée ce lit, le drap ne bougeait plus, la vie avait cessé. Les médecins avaient quitté la chambre, elle avait pris place sur le fauteuil qu’elle avait occupé depuis des années, apprenant ses cours le soir, regardant le base-ball avec son père le week-end. Au mur il y avait des photos d’eux, de leur famille, de leurs amis, le premier tour en vélo de Sawyer, son diplôme, son anniversaire… toute leur vie était là. Des Clarks aujourd’hui il ne restait plus qu’elle. La porte s’ouvrit, elle resta fixée sur le drap quelques instants encore avant de lever la tête comme si cela lui demandait un effort incroyable. Elle sentit les larmes couler à nouveau sur son visage alors qu’Aleksey se tenait là, debout. Sans se rendre compte de ses gestes, son corps quitta le fauteuil et son corps se plaqua contre celui de l’homme.

_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aleksey R. St-James
GOOD COP


› MESSAGES : 1169
› EMMENAGEMENT LE : 12/11/2012
› AGE : 44
› STATUT CIVIL : VEUF DEPUIS UN PEU PLUS DE SIX ANS ET SI VOUS VOULEZ TOUT SAVOIR ELLE S'APPELAIT ELIZABETH. PAPA D'UN LUKA DE 26 ANS, RÉCEMMENT DÉCÉDÉ/DISPARU. ÉTÉ EN COUPLE AVEC EMMA AVANT SA DISPARATION.
› QUARTIER : J'HABITE DANS UN QUARTIER FAMILIAL: ORANGE AVENUE ; MAIS JE VIS SEUL.
› PROFESSION/ETUDE : ANCIEN DIRIGEANT DU DIAMOND'S, ANCIEN AGENT DU FBI ET CHEF DU DÉPARTEMENT DES RECRUTEMENTS. NE FAIT RIEN ACTUELLEMENT.
› DOUBLE COMPTE : CF : ELOW ;
› CELEBRITE : THE AMAZING JOSH SEXY HOT AND SO TALENTED HOLLOWAY ;
› COPYRIGHT : ELOW' ;

MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Dim 6 Nov - 13:45



Le temps des adieux est arrivé
sawyer e. clarks - aleksey r. st-james



Adossait à l’un des murs de l’hôpital, Aleksey observait. James venait de quitter ce monde. James, le meilleur. L’homme qui n’avait jamais cesser de sourire à ses côtés, qui avait toujours ris à ses blagues et accepter sans broncher les excuses pourris qu’Elizabeth et lui donnait pour couvrir leur métier. James, cet ami de toujours, qu’Aleksey avait épaulé et soutenue. Il y avait, dans ce couloir, un écho. Le son d’un hurlement, un cri de tristesse, qui faisait vibrer Aleksey. L’ancien agent du FBI était arrivé en lenteur. Dès qu’il reçut le message, il comprit que c’était terminé. En voilà un de plus dans la liste des morts qui parcourent son histoire. James se battait, depuis quelques années déjà. Il se battait pour survivre, mais ça mort, il l’avait vu venir. Aleksey avait, depuis longtemps, accepté son départ. Accepté le fait qu’il le perdrait. Il n’y avait plus d’espoir depuis des mois, depuis trop longtemps, pour croire que James survivrait. La seule chose à faire, était d’être à ses côtés. De rendre la situation moins pénible. De ne pas baisser les bras quant à ses dernières journées en ce monde. Mais Aleksey l’avait abandonné. Il s’en rendait compte aujourd’hui. Il s’en rendait compte alors que ses yeux observaient la porte de sa chambre et qu’il hésitait. Avait-il le droit d’entrer, alors que ces derniers-moi, il n’avait pas été là. Avait-il le droit à prétendre à cette amitié, alors qu’il n’était plus rien de l’ami qu’il avait connu par le passé. Bon sang, que le temps faisait mal les choses parfois. Alors que ces yeux ne quittaient pas la porte, un souvenir le submergea. Il se revoyait derrière les fourneaux de son restaurant, Elizabeth lui murmurant des mots doux à l’oreille, essayant de le déstabiliser alors qu’il essayait de finir un dessert pour Sawyer. Les Clarks étaient là pour fêter l’anniversaire de la jeune fille et Aleksey voulait absolument que le petit gâteau soit parfait. Il entendait encore le rire de sa femme, alors qu’elle déposa une bougie sur la table et qu’elle retourna s’asseoir près de la famille. Et puis Aleksey apparait, dans son costume de chef cuisinier, un merveilleux plat sucré dans les mains. La bougie allumée, Elizabeth et James se mettent à chanter. Ce moment était magique et si paisible, si heureux. Sawyer souffle sur la bougie et voilà qu’Aleksey est de nouveau là, devant cette porte.

Il nettoie rapidement la larme qui s’était échappé et décide d’entrer dans la chambre. James devait être transporter à la morgue. La chambre devait être libérer. C’était ce que le médecin lui avait dit lorsqu’Aleksey était arrivé. Les funérailles devaient être préparé.

Finalement, à la seconde où il ouvre la porte, il sent. Il sent que c’est trop pour lui. Il sent qu’il n’a qu’une envie, c’est faire demi-tour, mais c’est trop tard. Sawyer est déjà dans ses bras. Elle pleure, détruire la mort de son père et Aleksey ne peut pas ignorer ça. Il ne peut ignorer sa douleur. Ses bras l’entourent, alors qu’il murmure « - Je suis désolé. » Un frisson le parcours, un frisson terrible. Il est désolé pour énormément de choses. Pour tellement de chose. Quelque part, il sait qu’il a abandonné Sawyer aussi. Il sait qu’il a abandonné tout le monde, mais il sait que c’est pour leur bien. Il n’a pas envie de se réveiller un jour, entendant que Sawyer n’est plus de ce monde aussi. « - Ça va aller. On va s'occuper de lui. » ajoute-t-il, essayant de renforcer son étreinte comme pour savourer une proximité qu’il a perdu et qu’il ne retrouvera plus. Sawyer ne sait sans doute pas tout ce qui lui est arrivé depuis des mois… quelque part, elle n’a peut-être pas besoin de savoir.

_________________

    — In this battle, i lost everything. My soul is now broken in a thousand pieces. You won't find me again.. •
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sawyer E. Clarks
lama en évolution


› MESSAGES : 365
› EMMENAGEMENT LE : 11/05/2013
› AGE : 28
› STATUT CIVIL : Fille biologique de Heath Wilde, décédé il y a un an & d'une junkie qui n'a jamais voulu de moi. Fille biologique des Clarks, ma mère est décédée quand j'étais adolescente tandis que mon père vient de quitter ce monde. Il me reste Aleksey St James qui endosse le rôle de père à la perfection. Côté coeur après deux années près d'un homme violent, j'entame une relation avec un homme plus vieux de vingt deux ans : Alexander Ballmer.
› QUARTIER : En recherche d'une collocation pour me stabiliser quelque part.
› PROFESSION/ETUDE : Ancienne interne à l'hopital, je viens d'abandonner mes études.
› DOUBLE COMPTE : Marissa I. Jefferson - Mischa S. Miller - Noah S. Harper - Harper M. Carrington - Samuel N. Hamilton - Charlie Keynes - Arizona R. Donroe- Elisabeth Howard & Erin R. Preston.
› CELEBRITE : Shelley Hennig.
› COPYRIGHT : © tearsflight


MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Dim 11 Déc - 13:45

Dans une autre situation, s’il n’était pas mort, si James était encore dans son lit d’hôpital et qu’Aleksey aurait ouvert cette porte, la jeune femme se serait excusé auprès de son père et aurait quitté la pièce. Parce qu’il y a encore quelques heures elle en voulait à Aleksey, elle lui en voulait pour cette absence, pour sa soit disant mort et pour les mensonges de Noah Harper qui l’avait couvert. Pourquoi lui annoncer sa mort ? N’était-elle pas importante ? N’avait-elle pas déjà assez souffert ? Oui elle lui en voulait, cet homme qu’elle avait toujours admiré, mis sur un véritable piédestal, elle lui en voulait terriblement parce qu’elle se sentait si seule, si vulnérable. Sawyer avait besoin de lui, égoïstement elle avait toujours agit ainsi, prenant Aleksey pour un père, débarquant chez lui à l’improviste, comptant sur lui, comme une fille l’aurait fait avec son père. Mais il ne l’était pas, il avait sa vie et Sawyer était peut-être de trop. Avec des si on n’avançait pas, James était mort et elle s’était immédiatement blotti contre Aleksey, cherchant du réconfort, de la protection, une forteresse qui l’éloignerait de cette mort qui lui enlevait tout le monde. La jeune femme ferma les yeux quelques instants, écoutant les paroles d’Aleksey. Il était désolé, elle comprenait et acceptait ces quelques mots parce qu’elle savait qu’il n’était pas méchant, qu’il ne blessait pas gratuitement et que lui aussi la vie ne lui avait pas fait de cadeau. Elle ouvrit rapidement ses paupières lorsqu’elle entendit lui dire que ça irait, qu’ils allaient s’occuper de lui. Lui, James, son père, mort, plus présent dans ce monde. Elle sentit son étreinte se renforcer et ça la paniqua. On allait lui enlever son père, elle sentit son cœur s’emballait. Ils allaient l’enfermer, le mettre dans le froid. Sa respiration était brouillon, elle n’y arrivait plus, fallait-il inspirer ou expirer ? Il allait être seul. Seul. A tout jamais. Elle s’écarta d’Aleksey, la main sur la poitrine ne comprenant plus comment il fallait respirer. « Non. » elle secoua la tête, on ne pouvait pas lui enlever son père, ils n’avaient pas le droit. Elle recula de quelques pas, se cognant dans le mur derrière elle « non » lança-t-elle à nouveau. Elle posa ses deux mains sur sa bouche, ses mains tremblaient, les larmes n’arrivaient plus à couler, ça bloquait, sa gorge était nouée, ça piquait, non ça brulait. « Ne les laisse pas faire. » Elle sentit ses pieds glisser sur le sol lisse de la chambre, elle glissa lentement jusqu’au sol le regard apeuré posé dans celui d’Aklesey. « Il va être seul… dans le noir… il va avoir si froid. » Elle voyait trouble, les larmes étaient à nouveau dans ses yeux mais elles ne tombaient pas. « Tu es venu pour ça ? Tu vas les aider à me l’enlever ? » Ses mains glissèrent jusqu’à son crâne, elle basculait doucement d’avant en arrière, se berçant. « Je vais être avec lui, je veux rester avec lui. » Sawyer connaissait la procédure, elle l’avait appliqué plusieurs fois mais cette fois ci elle était de l’autre côté, c’était elle la proche qui avait perdu un être cher et qui ne comprenait pas ce qui se passait, c’était elle qui perdait pied, qui avait besoin de temps pour admettre ce décès, qui avait besoin de quitter cette pièce, se ressaisir et avancer, parce que les gens attendaient à chaque fois la même chose, il fallait avancer malgré la douleur. Elle devait le quitter, elle était ici depuis trop longtemps. Elle posa son regard sur Aleksey, elle posa une main sur sa poitrine « ça fait mal… je ne peux plus. » c’était le décès de trop.

_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aleksey R. St-James
GOOD COP


› MESSAGES : 1169
› EMMENAGEMENT LE : 12/11/2012
› AGE : 44
› STATUT CIVIL : VEUF DEPUIS UN PEU PLUS DE SIX ANS ET SI VOUS VOULEZ TOUT SAVOIR ELLE S'APPELAIT ELIZABETH. PAPA D'UN LUKA DE 26 ANS, RÉCEMMENT DÉCÉDÉ/DISPARU. ÉTÉ EN COUPLE AVEC EMMA AVANT SA DISPARATION.
› QUARTIER : J'HABITE DANS UN QUARTIER FAMILIAL: ORANGE AVENUE ; MAIS JE VIS SEUL.
› PROFESSION/ETUDE : ANCIEN DIRIGEANT DU DIAMOND'S, ANCIEN AGENT DU FBI ET CHEF DU DÉPARTEMENT DES RECRUTEMENTS. NE FAIT RIEN ACTUELLEMENT.
› DOUBLE COMPTE : CF : ELOW ;
› CELEBRITE : THE AMAZING JOSH SEXY HOT AND SO TALENTED HOLLOWAY ;
› COPYRIGHT : ELOW' ;

MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Ven 30 Déc - 15:50



Le temps des adieux est arrivé
sawyer e. clarks - aleksey r. st-james



C’était la vie. Le monde s’écroulait toujours sous nos yeux, sans que nous ne puisons rien faire. Aleksey avait vu son ami se battre chaque jour, malgré la conclusion évidente de sa situation. Ils le savaient tous : les jours du père de Sawyer étaient comptés. Depuis le début. Depuis qu’ils savent tous pour sa maladie. Aleksey ne s’était pas bercé d’illusion et avait vécu la longue mort de cette homme incroyable avec force et patiente. Il essayait de ne pas croire à l’impossible et d’être là pour Sawyer, qu’il considérait comme sa propre fille. Aujourd’hui, c’était le fameux jour. Le fameux moment. C’était fini. Après ces derniers mois de souffrance absolue, il était parti. James s’en était allé, après avoir tout fait pour rester avec sa fille. Aleksey s’en voulait de ne pas avoir été là les derniers jours, mais il savait. Il savait que James ne lui en voulait pas. Ils s’étaient déjà dit adieu depuis longtemps maintenant. Ce moment, au final, était prévue et Aleksey ne sentait probablement pas la douleur que Sawyer subissait, parce qu’il avait accepté cette mort depuis longtemps maintenant. Cela ne l’empêchait pas de se sentir triste, de se sentir déposséder d’une amitié forte et réconfortante. James et lui, c’était une histoire vieille comme le monde quelque part. Le genre d’ami qu’on ne peut jamais oublier. Qui vous marque et vous redonne le sourire à travers des souvenirs qui vous ont construit. Aleksey n’oublierais jamais. Toutes ses années à se connaitre n’allait pas s’effacer.

Avec Sawyer dans les bras, il tâchait d’être cette figure réconfortante dont Sawyer avait besoin. Il avait toujours été ainsi avec elle, il ne voulait pas que ça change malgré tout. Elle avait souffert Sawyer, quand il avait disparue. Le FBI s’était chargé de couvrir ses traces, et Sawyer était resté dans le flou. Comme Emma. Il était illégal pour Aleksey d’admettre son rôle au sein de l’agence à des personnes n’ayant aucun lien familial et encore… Alors personne n’avait été prévenu de son enlèvement, du temps passé entre les pièces d’une prison éphémère. Aleksey, depuis son retour, avait joué sur les médias qui racontaient sa survie sur une ile déserte. Il préférait ça, car mêlait à son silence, cela fonctionnait bien.

Il sentait bien que Sawyer paniquait. Qu’elle avait redouté ce moment et qu’elle ne voulait pas l’accepter. « - Sawyer, tu ne peux pas. » Il restait calme, troublé par l’état de la jeune fille. « - Tu ne peux pas rester avec lui. » Il essayait, il essayait vraiment de l’empêcher de faire l’improbable, de se laisser consumer par la douleur et la perte. Il voyait bien dans son regard que c’était trop dur. Que c’était impossible. Qu’elle ne pouvait pas. Ces dernières paroles le touchèrent particulièrement. Il comprenait mieux qu’elle ne le pensait. Qu’elle ne l’envisageait. Et son regard se mis à briller de cette douleur qu’il ne voulait pas montrer. « - Moi c’est pareil. » Il fixe Sawyer, il veut la calmer, mais il sent qu’à l’intérieur de lui-même, ça ne va pas. « - Je n’en peux plus. » Il se rapproche légèrement de la jeune femme pour le regarder droit dans les yeux, pour qu’elle sente sa présence, qu’elle prenne conscience qu’il était là. « - Mais on n’a pas le choix. Je crois bien… » Sa gorge se resserre, elle brule. « - Je crois bien qu’il ne reste plus que nous. »


_________________

    — In this battle, i lost everything. My soul is now broken in a thousand pieces. You won't find me again.. •
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sawyer E. Clarks
lama en évolution


› MESSAGES : 365
› EMMENAGEMENT LE : 11/05/2013
› AGE : 28
› STATUT CIVIL : Fille biologique de Heath Wilde, décédé il y a un an & d'une junkie qui n'a jamais voulu de moi. Fille biologique des Clarks, ma mère est décédée quand j'étais adolescente tandis que mon père vient de quitter ce monde. Il me reste Aleksey St James qui endosse le rôle de père à la perfection. Côté coeur après deux années près d'un homme violent, j'entame une relation avec un homme plus vieux de vingt deux ans : Alexander Ballmer.
› QUARTIER : En recherche d'une collocation pour me stabiliser quelque part.
› PROFESSION/ETUDE : Ancienne interne à l'hopital, je viens d'abandonner mes études.
› DOUBLE COMPTE : Marissa I. Jefferson - Mischa S. Miller - Noah S. Harper - Harper M. Carrington - Samuel N. Hamilton - Charlie Keynes - Arizona R. Donroe- Elisabeth Howard & Erin R. Preston.
› CELEBRITE : Shelley Hennig.
› COPYRIGHT : © tearsflight


MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Mer 11 Jan - 15:59

« Je voudrais que ça se termine. » lança-t-elle alors qu’il lui indiquait qu’elle ne pouvait pas rester avec lui. Sawyer voulait que ça prenne fin, elle parlait de sa vie. Sa vie n’avait plus de sens. Il fallait que ça prenne fin, maintenant. Elle laissait sa place à quelqu’un d’autre, qu’on lui prenne sa vie et qu’on l’offre à une autre. Une autre qui avait une famille, qui pouvait fêter noël entouré des siens, une autre qui avait un homme à ses côtés, qui connaissait l’amour, le vrai, celui qui vous donne des ailes, qui vous rend plus belle et plus forte. Une personne qui voyait l’avenir, qui aimait la vie. Sawyer n’était plus cette personne. Elle se sentait morte. On venait de lui enlever son père, celui avec qui elle avait traversé tellement d’épreuves, avec qui elle avait tout vécue jusqu’à ces dernières années à ses côtés. La jeune femme l’avait vu au fil des années changer, s’affaiblir puis quitter ce monde. Aleksey se confia, retenant l’attention de la jeune femme qui comprenait que dans cette douleur elle n’était pas la seule. Ils ne souffraient pas pour la même raison mais ils souffraient de la perte de James, tout comme de la perte de tous les proches qui quittaient ce monde en les laissant seuls. Il avait perdu sa femme et son fils, elle avait perdu sa mère et ses deux pères. Ils étaient malheureux. Quand il lui avoua qu’il ne pouvait plus, elle sentit les larmes couler sur ses joues, elle était si malheureuse, pour lui et pour elle-même. « Je suis désolé, tu mérites tellement mieux». La vie n’était pas juste. Aleksey était si fort, si présent et aujourd’hui il lui semblait si fatigué et triste. Sawyer se sentait si mal, son corps semblait souffrir de la situation, elle sentait que sa gorge se nouait de plus en plus, que ses yeux ne supportaient plus toutes ses larmes, sa tête résonnait, ses mains tremblaient, son corps se balançait pour se rassurer. « Je sais » lâcha-t-elle faiblement. Il ne restait plus qu’eux.

Elle posa le regard sur le lit de son père, le temps s’était arrêté. « Pourquoi nous ? Qu’est-ce que nous avons fait de mal dans notre vie pour qu’on nous retire les personnes qui nous sont chers ? » Il devait y avoir une raison, on ne pouvait pas juste invoquer le destin. Elle bascula son regard sur Aleksey « Je crois qu’il est temps pour nous de partir… loin… avant de perdre à nouveau quelqu’un, de s’attacher, d’y croire et de se reprendre un jour en pleine face cette dure réalité qui est la nôtre. Nous n’avons pas le droit au bonheur, Alek… jamais. » Elle chassa d’un revers de manche les larmes sur son visage, se releva, restant debout contre le mur. « Promet moi que toi et moi on ne se perdra plus jamais de vue… promet moi que tu ne vas pas disparaître à nouveau ? Il ne me reste plus que toi Alek, ne me fait pas du mal… ne pars pas non plus. » Les larmes étaient de retour, elle avança vers ce dernier se retrouvant dans ses bras. Comme elle le faisait avec son père et avec Aleksey par le passé, elle s’y sentait en sécurité.

_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aleksey R. St-James
GOOD COP


› MESSAGES : 1169
› EMMENAGEMENT LE : 12/11/2012
› AGE : 44
› STATUT CIVIL : VEUF DEPUIS UN PEU PLUS DE SIX ANS ET SI VOUS VOULEZ TOUT SAVOIR ELLE S'APPELAIT ELIZABETH. PAPA D'UN LUKA DE 26 ANS, RÉCEMMENT DÉCÉDÉ/DISPARU. ÉTÉ EN COUPLE AVEC EMMA AVANT SA DISPARATION.
› QUARTIER : J'HABITE DANS UN QUARTIER FAMILIAL: ORANGE AVENUE ; MAIS JE VIS SEUL.
› PROFESSION/ETUDE : ANCIEN DIRIGEANT DU DIAMOND'S, ANCIEN AGENT DU FBI ET CHEF DU DÉPARTEMENT DES RECRUTEMENTS. NE FAIT RIEN ACTUELLEMENT.
› DOUBLE COMPTE : CF : ELOW ;
› CELEBRITE : THE AMAZING JOSH SEXY HOT AND SO TALENTED HOLLOWAY ;
› COPYRIGHT : ELOW' ;

MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Dim 22 Jan - 0:46



Le temps des adieux est arrivé
sawyer e. clarks - aleksey r. st-james



Lui aussi, il voudrait que ça s’arrête. Que ceux qu’il aime arrête de mourir, de disparaitre, de s’en aller. Il aimerait que la mort cesse de venir lui rendre visite pour prendre la vie des autres. Il en avait assez vue. Mais il sait aussi que c’est trop demander. Que la vie, c’est la mort. Qu’il n’y avait pas d’existence sans les deux. Aleksey comme Sawyer devait accepter ça, subir ça. C’était difficile, c’était de la torture. Ce n’était peut-être pas physique, mais Aleksey ressentait tous les symptômes. C’était comme si quelqu’un essayait de trouver une réponse en lui et que la douleur était la seule solution pour y arriver. L’ancien agent de savait pas comment faire. Comment s’en sortir. Tout ça, c’était compliqué. C’était tellement triste. Aleksey pourtant, avait passé sa vie à comprendre la douleur, à l’accepter et à l’utiliser pour s’en sortir. Sa formation au sein du FBI l’avait formaté, compressant ses sentiments, le poussant à toujours garder les idées claires quelques soit la situation. Maintenant c’était fini. Il ne devait plus rien à l’état. Plus rien au FBI. Il était seul, éloigné de tout. Il ne pouvait pas s’échapper, il était désormais en face même de sa propre solitude. C’était horrible. C’était incomparable. Sawyer ressentait tous les effets, elle n’avait jamais appris à les contenir comme Aleksey, mais elle n’avait aucune idée de tout ce qu’il avait connu d’autres. Son oncle, son père, toutes ses années à subir la vengeance d’une femme qui le voulait mort. Une enfance volée, une adolescence oubliée. Aleksey avait vécu, assez, pour savoir que la vie faisait tout pour détruire, tout comme elle permettait parfois d’aimer. Toutes ses petites choses qu’Aleksey avait apprécié, cela lui avait permis de devenir quelqu’un de meilleur, quelqu’un qui ne perdait pas espoir, qui comprenait. Aujourd’hui, il pouvait se permettre de cracher sur la vie en attendant que la roue tourne. Pour une fois, il s’autorisait à sombrer.

« - Dit-pas ça. » Son regard était féroce. Il avait assez perdue et il refusait que Sawyer ait l’impression d’être inutile alors qu’elle représentait tant pour lui. Comme il venait de le dire, il ne reste plus qu’eux. Qu’elle et lui. Peut-être qu’un jour, Aleksey trouverait Luka. Peut-être. Mais c’était autre chose. En attendant, il y avait cette vérité absolue : Sawyer était là. Ils étaient encore là l’un pour l’autre.  « - Sawyer… » Surpris par ses paroles, Aleksey ne trouva pas ses mots. Elle retourna ensuite dans ses bras et Aleksey serra Sawyer très fort dans ses bras. Il ne pouvait pas la quitter. « - Jamais. » C’est tout ce qu’il trouva à dire. C’était les seuls mots qui réussirent à se faire un chemin jusqu’à Sawyer. Pourtant, il avait envie de dire tellement plus. Et il chercha la force en lui pour. Il devait la secouer un peu. « - Ecoute-moi bien, Sawyer. On a le droit au bonheur. Mais le bonheur est toujours temporaire. Profite de ce qui s’offre à toi. D’accord ? Te laisses pas faire. Fait-le pour moi et pour tous ceux qui t’ont aimé et t’aimerons toujours. »  Il s’écarta légèrement, regardant Sawyer dans les yeux. « - J’ai fait l’erreur de croire que les choses étaient acquises alors qu’elles ne l’étaient pas. J’avais Luka, et je l’ai perdu. J’avais un fils et je n’en ai même pas profiter. Regarde où ça m’a mené. Regarde le trou qu’il y a dans mon cœur. Fait-pas de connerie pareil. Toi et moi, on forme une famille. D’accord ? Mais tourne pas le dos à la vie, parce qu’il y aura toujours des surprises. Bonne et mauvaise. »

Il essayait de réveiller l’espoir qui s’était éteint en elle. L’espoir qui s’était éteint en lui.

_________________

    — In this battle, i lost everything. My soul is now broken in a thousand pieces. You won't find me again.. •
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sawyer E. Clarks
lama en évolution


› MESSAGES : 365
› EMMENAGEMENT LE : 11/05/2013
› AGE : 28
› STATUT CIVIL : Fille biologique de Heath Wilde, décédé il y a un an & d'une junkie qui n'a jamais voulu de moi. Fille biologique des Clarks, ma mère est décédée quand j'étais adolescente tandis que mon père vient de quitter ce monde. Il me reste Aleksey St James qui endosse le rôle de père à la perfection. Côté coeur après deux années près d'un homme violent, j'entame une relation avec un homme plus vieux de vingt deux ans : Alexander Ballmer.
› QUARTIER : En recherche d'une collocation pour me stabiliser quelque part.
› PROFESSION/ETUDE : Ancienne interne à l'hopital, je viens d'abandonner mes études.
› DOUBLE COMPTE : Marissa I. Jefferson - Mischa S. Miller - Noah S. Harper - Harper M. Carrington - Samuel N. Hamilton - Charlie Keynes - Arizona R. Donroe- Elisabeth Howard & Erin R. Preston.
› CELEBRITE : Shelley Hennig.
› COPYRIGHT : © tearsflight


MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Lun 13 Fév - 12:33

Les mots d’Aleksey étaient forts mais ils ne provoquaient rien en la jeune femme, la seule répercussion que cela avait sur elle c’était de ne plus jamais aimer, pour ne plus jamais perdre quiconque. « Nous sommes maudits Alek, notre vie est maudite et j’ignore pourquoi mais c’est ainsi. » Sawyer avait l’impression de ne plus rien ressentir depuis quelques secondes, comme si elle n’arrivait plus à avoir de sentiment, elle se sentait vide. On lui avait enlevé son père, plus rien n’avait d’importance. La vie voulait la garder en vie tandis que la mort continuerait à lui prendre tout le monde, il ne restait plus qu’Aleksey. « Je sais qu’un jour on va t’enlever à moi… je le sais. » elle fronça les sourcils, l’observant quelques instants. « Je te promets de ne pas faire l’erreur de construire une famille… il ne reste que nous deux, je suis ta famille, tu es la mienne, et pour nous deux je vais tenir. Mais je ne construirais rien d’autre… on ne m’enlèvera pas l’amour de ma vie, on ne m’enlèvera pas mon enfant ! » La mort voulait tout lui prendre, elle n’aurait plus rien à lui prendre, elle devra se satisfaire de Sawyer le moment venu. Comment voir une lueur d’espoir ? Comment croire en la vie alors que tous les deux avaient perdu tellement de proches, comme le disait si bien Aleksey on lui avait pris son fils. Sawyer ne savait même pas pourquoi l’homme était toujours en vie, qu’est-ce qui le maintenait en vie, pourquoi ne pas se foutre en l’air et mettre fin à tout ceci « Pourquoi te bas-tu encore ? Je ne peux pas être la seule raison… tu étais soit disant mort, tu ne t’es pas préoccupé de savoir si j’allais bien ou non, tu n’es pas revenu pour moi… » Elle maintenue son regard dans celui d’Aleksey quelques secondes « Moi je ne t’aie jamais oublié. » Sawyer n’oubliait pas, il avait disparu, on lui avait annoncé la mort de l’homme et elle avait dû y faire face. « Pourquoi je dois me battre ? Pourquoi je ne peux pas me foutre en l’air maintenant ? Tu es ma famille Aleksey, tu l’as toujours été mais tu m’as menti, tu m’as abandonné ! Je sais que je ne suis pas ta fille, je sais que je suis envahissante, que je te prends du temps mais tu as toujours pris ce rôle à cœur. Je ne devrais pas te faire de reproche, tu as le droit à ta vie et ses dérapages mais j’ai cru que tu étais mort. » Elle recula de quelques pas, glissant ses mains dans ses cheveux « J’ai dû mentir à papa, j’ai dû affronter ton décès seul. » La jeune femme se sentait oppressée à nouveau, son cœur battait si vite, ses mains avaient du mal à se contenir, elle se sentait tremblante, en colère. « Pourquoi dois-je vivre ? » elle cria presque ses mots, elle passait d’un état à un autre si rapidement, elle avait besoin de repos mais refusait de quitter cette chambre qu’elle occupait depuis la nuit dernière. Elle croyait en Aleksey, elle croyait en lui et leur famille, leur combat, mais soudainement elle repensait à ces derniers mois et elle lui en voulait terriblement. Son comportement la fatiguait elle-même, elle en avait marre d’être ainsi. Elle voulait que tout prenne fin.

_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Aleksey R. St-James
GOOD COP


› MESSAGES : 1169
› EMMENAGEMENT LE : 12/11/2012
› AGE : 44
› STATUT CIVIL : VEUF DEPUIS UN PEU PLUS DE SIX ANS ET SI VOUS VOULEZ TOUT SAVOIR ELLE S'APPELAIT ELIZABETH. PAPA D'UN LUKA DE 26 ANS, RÉCEMMENT DÉCÉDÉ/DISPARU. ÉTÉ EN COUPLE AVEC EMMA AVANT SA DISPARATION.
› QUARTIER : J'HABITE DANS UN QUARTIER FAMILIAL: ORANGE AVENUE ; MAIS JE VIS SEUL.
› PROFESSION/ETUDE : ANCIEN DIRIGEANT DU DIAMOND'S, ANCIEN AGENT DU FBI ET CHEF DU DÉPARTEMENT DES RECRUTEMENTS. NE FAIT RIEN ACTUELLEMENT.
› DOUBLE COMPTE : CF : ELOW ;
› CELEBRITE : THE AMAZING JOSH SEXY HOT AND SO TALENTED HOLLOWAY ;
› COPYRIGHT : ELOW' ;

MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Dim 26 Fév - 11:52



Le temps des adieux est arrivé
sawyer e. clarks - aleksey r. st-james



La situation était difficile. Aleksey devait garder pour lui toute la douleur qu’il vivait pour essayer d’aider Sawyer. Pour aider cette formidable force de la nature qui méritait tellement mieux de ce monde. Le problème, c’était que c’était difficile. Difficile d’ignorer le mal qui le rongeait, difficile de répondre les mots justes quand lui-même avait besoin de les entendre. « - On est maudit que si on y croit. » Dit-il, persuadé que c’est ça, la triste vérité. A force d’accepter que tout est mauvais et que tout ce qui nous arrive n’est qu’une forme de malédiction, alors ont subi. On ne fait rien pour changer les choses. Pire, nos choix en sont forcements influencer. Aleksey avait cesser de croire à ça depuis tout jeune. Depuis qu’on l’avait vendu, abandonné, enfermé. Depuis qu’il a l’âge de comprendre la différence entre le bien et le mal. « - Sawyer… » Il perdait l’envie, le besoin de la contredire. C’était une solution, c’était aussi se construire une prison. Sawyer ne se rendait pas compte, mais Aleksey espérait que quelqu’un allait entrer dans sa vie. Que quelqu’un allait bousculer sa façon de voir les choses. Elle méritait une famille. A elle. Un mari, des enfants… Elle méritait un travail à la hauteur de ses rêves, des amis à la hauteur de son cœur. Mais non. Et Aleksey se sentait épuisé, épuisé de la contredire. Epuisé de devoir essayer d’ouvrir des yeux qui étaient fortement fermé. Cette situation le désespéré et il s’en voulait de ne pas être capable de faire plus. Le père de Sawyer devait le maudire pour ne pas être capable d’être à la hauteur. D’être capable de changer les choses.

C’est alors que l’enfant lui posa la question ultime. Celle qu’Aleksey ne voulait pas vraiment répondre. Il fronça les sourcils, regardant Sawyer droit dans les yeux. Il sentait de la colère dans sa phrase, mais aussi de la tristesse. Tout n’était que tristesse en elle et rien ne semblait pouvoir changer ça. Rien ne semblait remettre en question toute ces choses qu’elle pensait vrai. Sawyer semblait péter un plomb. Elle s’énervait, balançant tout ce qu’elle avait sur le cœur. Il lui avait menti… c’était plus compliqué que ça. « - Ça suffit… » murmura-t-il, mais sans doute que Sawyer ne l’entendait pas. Alors il hurla. « - Ça suffit ! » Il attrapa Sawyer par son poignet, forçant celle-ci à le suivre. Il y mit toute sa force, espérant tout de même épargné Sawyer d’une nouvelle douleur. Il traversa le couloir, jusqu’à la sortie extérieur la plus proche. Un balcon, à l’étage. Quelque chambre plus loin. Il y poussa Sawyer, la forçant à affronter la lumière du soleil, l’air de l’extérieur et le brouhaha de la ville. « - Ceux qui sont mort, rêveraient d’être à ta place aujourd’hui. Ceux qui sont mort, rêverait de pouvoir encore respirer ! Tu dois vivre pour eux. Pour toutes ses personnes qui sont partis. Pour toutes ses personnes qui auraient méritaient plus de temps ici ! » Aleksey était dur, presque féroce, mais il n’en pouvait plus. Il n’avait jamais accepté les lamentations et refuser de laisser Sawyer dérivait là-dedans.

« - Je suis désolé de ne pas être immédiatement venu te voir quand je suis revenu. Je suis désolé d’avoir eu un moment de faiblesse face à ce qui m’était arrivé. Tu veux savoir où j’étais pendant tout ce temps ? En enfer ! Sous la torture, pendant cinq mois ! CINQ MOIS ! » Il se mort la lèvre, furieux. Il ne voulait pas y repenser. « - Tout ce que je voulais, c’était rentré chez moi. Tout ce que je voulais, c’était retrouvé ma vie. Désolé d’avoir eu besoin de temps pour réussir à trouver ne serait-ce qu’un semblant de force pour affronter tout ça ! » Il avait envie de cogner quelque part, de faire quelque chose, de laisser la colère sortir, mais il refusait. Sawyer n’avait pas besoin de ça. « - Pitié, ne me donne pas l’impression d’avoir aussi perdu ma fille. Je ne le supporterais pas. »


_________________

    — In this battle, i lost everything. My soul is now broken in a thousand pieces. You won't find me again.. •
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Sawyer E. Clarks
lama en évolution


› MESSAGES : 365
› EMMENAGEMENT LE : 11/05/2013
› AGE : 28
› STATUT CIVIL : Fille biologique de Heath Wilde, décédé il y a un an & d'une junkie qui n'a jamais voulu de moi. Fille biologique des Clarks, ma mère est décédée quand j'étais adolescente tandis que mon père vient de quitter ce monde. Il me reste Aleksey St James qui endosse le rôle de père à la perfection. Côté coeur après deux années près d'un homme violent, j'entame une relation avec un homme plus vieux de vingt deux ans : Alexander Ballmer.
› QUARTIER : En recherche d'une collocation pour me stabiliser quelque part.
› PROFESSION/ETUDE : Ancienne interne à l'hopital, je viens d'abandonner mes études.
› DOUBLE COMPTE : Marissa I. Jefferson - Mischa S. Miller - Noah S. Harper - Harper M. Carrington - Samuel N. Hamilton - Charlie Keynes - Arizona R. Donroe- Elisabeth Howard & Erin R. Preston.
› CELEBRITE : Shelley Hennig.
› COPYRIGHT : © tearsflight


MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   Lun 10 Avr - 16:08

Sawyer se sentait si mal, il n’était plus question d’être malheureuse ou non, c’était tellement plus fort que cela. Son état, son comportement, ses paroles ou bien encore ses actes, elle ne contrôlait plus rien. Sawyer était submergé par tellement d’émotions différentes, elle n’avait plus aucune contrôle sur elle-même. Elle voulait croire en la vie, croire en un futur moins sombre pour eux deux mais elle venait de perdre son père depuis seulement quelques heures. Elle n’était pas prête. Si le deuil chez les Clarks était une chose habituelle ça n’en était pas pourtant autant si facile, et ce décès était la goutte d’eau de trop. Son père s’était plié en quatre pour lui offrir une belle vie, il avait assumé le rôle à la fois du père et de la mère, avait tout fait pour qu’elle puisse faire ses études, s’était battu courageusement contre cette maladie et aujourd’hui il quittait ce monde. La vie était si injuste, pour tous. Sawyer n’avait pas envie de penser aux autres, à ceux qui eux aussi pouvaient souffrir, elle n’avait pas envie d’être compréhensive, de prendre sur elle et de se relever la tête haute encore une fois pour faire croire que tout va bien. Non ça n’allait pas, elle souffrait, elle se sentait si mal et si seule, elle était coincée dans un couloir où la peur, la tristesse, la colère et le déni se croisaient en permanence. Sa tête allait finir par exploser, elle étouffer, son corps lui semblait si lourd et si douloureux, pourquoi ça ne pouvait pas s’arrêter maintenant ? Elle fut forcée de suivre Aleksey, elle se sentait telle une poupée de chiffon qu’on entraînait de force mais ne ressentant pas pour autant de douleur sûrement anesthésier par sa propre douleur. Ses yeux se plissèrent, ne supportant pas la lumière extérieure, elle baissa légèrement la tête se retrouvant confrontée de façon presque violente à la vie extérieure, tout semblait si lumineux et bruyant. Ce contact avec la réalité avait au moins pour point positif de lui donner l’impression de respirer à nouveau, le sentiment d’étouffement semblait de moins en moins présent. Aleksey prit la parole, se montrant plus dur, lui donnant l’impression de se plaindre, de se lamenter mais il n’avait pas tort. Elle était en vie, elle devait honorer ses proches qui eux avaient quitté le monde… seulement elle préférait être parmi les morts. Elle ne dit pourtant aucun mot, préférant ne pas vexer Aleksey qui avait fait le choix de se battre pour ceux qui étaient morts. Il avait raison, mais elle n’en était pas là.

Aleksey s’excusa sur son absence, sur le fait de ne pas être venu la voir dès son retour puis lâcha des mots qui eurent l’effet d’une bombe. « Torturé ? » lâcha-t-elle. Elle resta silencieuse par la suite, l’écouta, l’observa. La jeune femme ne savait pas tout, Noah avait été celui qui lui avait appris le décès d’Aleksey mais aussi son retour, il avait été assez vague et elle comprenait maintenant pourquoi. Tout le monde semblait vouloir la protéger, mais ça ne l’aidait pas. Sawyer était émue, il n’avait pas à s’excuser, il avait eu besoin de temps, c’était compréhensible et elle agissait comme une enfant capricieuse et égoïste. Ces derniers mots la touchèrent d’autant plus, elle vint se poser contre lui, entourant ses bras autour du cou, serrant ses mains contre le vêtement qu’il portait. Elle ferma les yeux soufflant quelques mots « Excuse-moi, tu ne mérites pas tout ceci. Tu ne m’as pas perdu, tu ne me perdras jamais. »

_________________
i just feel sort of empty these days + And there's no remedy for memory your face is like a melody, it won't leave my head your soul is haunting me and telling me that everything is fine but I wish I was dead every time I close my eyes It's like a dark paradise.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le temps des adieux est arrivé.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le temps des adieux est arrivé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Probleme affichage heure d'arrivée des sms
» Mon Colis est arrivé !!!! page 3
» le temps precis....
» Figé dans le temps
» Combien de livres lisez-vous en même temps?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HUNTINGTON BEACH ™ ::  :: •• CENTRE VILLE :: •• SERVICES PRINCIPAUX :: L'HOPITAL ST JOHN-